Les témoignages

Yves

Jeudi 3 juillet. Limal, à côté de Bruxelles. Nous sommes invités à passer une soirée salon poly dans le jardin d’Yves, participant au projet de recueil de témoignages.

Maison au charme encombré et verdoyant. Nous sommes assis dans le jardin, des chaises, des draps sur l’herbe, une grande table amoncelée de plats et de fruits. Yves s’affaire en cuisine. Nous retrouvons Philippe, modérateur du site polyamour.be rencontré la veille au café-poly de Bruxelles. Atmosphère champêtre, une quinzaine de personnes en préparation culinaire, cueillette de groseilles, bavardage au jardin, et construction d’une gigantesque tente pour la nuit.

Colyvescuisineoré, les cheveux longs, debout derrière un comptoir en bois nous évoquant un autel, Yves confectionne les délices de notre dîner. Humour, amour, simplicité, audace ! Yves nous offre des plaisirs de papilles, et nous nourrit de nounoursage, de dormir ensemble et de caresses.

L’histoire d’Yves, et son originale philosophie du nounoursage ?

A lire dans les Amours Libres !

Un arc-en-ciel à Bruxelles

Mercredi 2 juillet. Qui dit premier mercredi du mois, dit café-poly à Bruxelles. Nous débarquons à la Maison Arc-en-Ciel (MAC) pour notre premier café poly bruxellois.

La Maison Arc-en-Ciel ?

La Maison Arc-en-Ciel regroupe de nombreuses associations avec pour objectif commun la visibilité des personnes LGBTQI. Elle dispose d’un bar, prêté ce soir aux polyamoureuses et polyamoureux. Chacun apporte de quoi grignoter et partager, et les rencontres se font au fil du bar, autour d’une table, entre connaissances ou à l’imprévu de sièges entre-collés. L’ambiance, résolument conviviale et décontractée.

cafepoly-bxl

Histoires d’Amours Plurielles

Belles rencontres irisées. Perdue au bout du comptoir, je fais la connaissance d’Audrey. Audrey ! Modératrice et créatrice du site Histoires d’Amours Plurielles, nous étions entrées en contact il y a quelques temps. Nos projets se ressemblent, mais s’inscrivent sur des supports différents. Audrey expose les témoignages polyamoureux sur un site internet, tandis qu’Alexe et moi aspirons antiquement au charme du papier. La structure oriente la nature ; les témoignages d’Histoires d’Amours Plurielles s’esquissent dans un format court et dynamique, tandis que nous préparons de longs entretiens étoffés. Et pourquoi pas chercher des passerelles entre nos deux projets ?

Nurja et Yves, Philippe… Attendez-moi.

Nous recroisons bien-sûr Nurja. J’ai aussi enfin la chance de rencontrer Jean, qui avait témoigné par téléphone pour le numéro Amours Libres de la revue S!lence. Je coudoie Yves, célibataire arborescent et coloré participant aux projet de témoignages. Il nous recevra chez lui demain. Finalement, appuyée sur le zinc, je m’acoquine avec Philippe, modérateur du site polyamour.be, passionné de radio et animateur de Polyplaisir des Utopies. Nous bavardons fracture numérique, éoliennes pédagogiques et peut-être un peu aussi des amours libres ?

 

 

Énergie rendez-vous et retrouvailles, ce soir, sous l’écharpe de Vénus.

 

 

Bernard et Benoît

Mardi 1er juillet. Bruxelles, commune d’Ixelles. Nous sommes invités à dîner chez un couple participant au projet de recueil de témoignages, Bernard et Benoît.

Bernard, journaliste. Journalisme qui n’est pas son seul centre d’intérêt ; Bernard est un homme de séduction. Voilà cinquante ans que, par annonces et par rencontres, il lie et délie sa vie à celles d’autres garçons. De cette vie d’attirances et d’attractions, bientôt sortira un livre.

Benoît, graphiste. Il a rencontré Bernard, ils se sont aimés, ils se sont mariés. Benoît croise des amants, salves et caresses d’un soir. Il garde pour Bernard sa tendresse, son affection, ses sentiments.

Aucun problème, un parfait équilibre. Mais comment font-ils ? Il faudra lire les Amours Libres pour le savoir !

bxl-eva-alocasia

 

 

Salon intime à Bruxelles, causerie polyamoureuse et féministe

Lundi 30 juin. Première étape de notre périple belge, le salon de Nurja.

Acteurs et actrices

04 - Féminisme à l'épreuve du Polyamour AAlexe n’arrive à Bruxelles que demain. Je suis cependant accompagné de David Richard, photographe de Montpellier qui souhaite réaliser son prochain projet personnel sur le polyamour. Nous gravissons les marches de l’escalier de notre hôtesse.

Nurja, polyamoureuse, féministe, végétalienne et décroissante nous reçoit ce soir dans son salon pour une florissante discussion. Enfin nous nous rencontrons en réalité !

Elle avait témoigné, notamment sur la question du féminisme, dans le numéro Amours Libres de la revue S!lence. Nous avions beaucoup échangé, à la fois par mail et téléphone.

Questions vocabulaire et féminisme

Autour d’une table aux parfums végétaux, fhoulahoup2rôlés par des chats mignonnants, nous devisons. Nos projets, les cafés-polys d’ici et d’ailleurs, l’International Conference of the Future of Monogamy and Nonmonogamy, les réseaux, humains, géographiques, virtuels, qui facilitent la mise en relation et sont peut-être un pré-requis à l’expression du polyamour.

De vocabulaire. Amour libre, polyamour, sont-ce les mêmes idées cachées derrière ces mots ? L’amour libre ne renvoit-il pas à la recherche de jouissance instantanée qui a éclot en 68, tandis que le polyamour serait plus réfléchi, plus intellectualisé, et moins lié à l’immédiat ?

J’aime le pluriel des Amours Libres, pluralité de mots, au choix dans le glossaire des tourtereaux, multitude de liens, de béguins, de galants et d’ardentes.

Et de féminisme bien-sûr. Parce que la libre amoureuse, libre amante, choisit celles et ceux avec qui elle se lie, sans être tenue par le tampon polyamoureux tatoué sur son épaule de partager la couche de tous les postulants.

Passionnantes conversations ! Au lit maintenant. La suite demain chez Bernard et Benoît.

Patricia, Frédéric, Olivier, Fabienne

Samedi 29 mars 2014. Alexe, illustratrice du projet, et moi-même, rédactrice, sommes invitées à dîner derrière les murs d’Avignon, chez Patricia et Frédéric, avec Olivier et Fabienne.

Patricia et Frédéric nous racontent leur dix-sept ans de mariage exclusif, puis l’ouverture de leur couple voilà déjà quelques années. Leur parcours pratique, fait de bonheurs, de changements, de difficultés.

Olivier, tout relationné qu’il est avec Patricia, nous livre sa parole d’expert ès polyamour ; il a longtemps vécu auprès de deux femmes avec qui il a aidé à grandir un fils, aujourd’hui adulte. Son point de vue, très intellectualisé et lié à la pulsion de vie, équilibre le cheminement plus concret de Patricia et Frédéric.

Quant à Fabienne, dans les liens de Frédéric, elle apporte sa fraîcheur et son regard de voyageuse de l’instant.

Tous nous parlent de leurs projets d’avenir, un lieu de vie collectif pour commencer à vieillir.

Un premier entretien qui nous laisse augurer le meilleur pour la suite : un agréable moment de convivialité, des échanges d’une grande richesse à la fois théorique et pratique, et une exceptionnelle tartiflette…

 avignon-evasalon